Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

14/10/2011

Primaires : pourquoi Martine Aubry donne du mou

Il est des petits plats comme le bon vieux ragoût de nos grands mères qui sont bien meilleurs quand ils mijotent longuement dans une cocote à l'ancienne , il y en a d'autres du style fast-food ou boulettes reconstituées qui ne supportent même pas deux passages au micro onde dans une assiette en plastique. Alors pour sur que la version réchauffée de «la gauche dure et la gauche molle» que certains essayent de nous servir ne sera pas inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO option gastronomie. Ainsi selon une pure invention de certains , il y aurait désormais une «nouvelle dame de fer de gauche» qui incarnerait «une gauche dure» et par opposition le candidat « d'une gauche molle » accessoirement en tête de la primaire citoyenne . Il fallait y penser, on avait rien trouvé d'aussi génial depuis la lessive qui lave plus blanc que blanc. Imaginez vous un instant l'affiche de campagne de François Mitterrand « la force tranquille» remplacée par «Votez pour la gauche dure !». Que verrait on en arrière plan ? Des chars d'assaut ou une foule de citoyens heureux ensemble sautant de joie  ? . Soyons sérieux l'A.O.C Martine Aubry qui tente de faire label sur le marché de l’authentique n'est pas plus à gauche que gauche. Cette manœuvre assez inélégante a évidemment pour unique objectif de discréditer à bon compte par un procédé de dénigrement au demeurant pas très catholique . Mais peut être faut-il aller au fond des choses et voir au delà des apparences. Quelles sont les deux conceptions qui s'opposent ? Il y a en réalité ceux qui croient encore aux théories ancestrales de la femme ou de l'homme providentiel et du pouvoir autocratique, puis ceux qui comme François Hollande savent que la capacité à gouverner un pays moderne impose d'impulser une dynamique de rassemblement et de co construction. D'ailleurs nous avons bien vu les résultats désastreux de l'omni présidence brutale de Nicolas Sarkozy . Remettre le couvert serait une erreur. Le futur ou la future présidente ne devra pas se contenter de gouverner la France mais devra mettre en œuvre une gouvernance au service d'un projet de croissance durable partagée et de justice sociale. C'est à dire un mode de présidence qui tout étant clair et audacieux d'un point de vue politique prenne véritablement en considération l’ensemble des acteurs et s’appuie sur des fonctionnements démocratiques ouverts .Le respect des institutions de la république, les processus décisionnels , la représentativité, le dialogue social, la place des femmes et des hommes dans la société française ne sont pas des points de détail. Ce sont d'abord des enjeux démocratiques majeurs , puis nombre de projets aussi ambitieux soient-ils , de traités ou d’alliances ont échoué par absence de concertation et méconnaissance du jeu des acteurs. L'illusion de toute puissance, la conception pyramidale basée sur des rapports de domination sont donc irrémédiablement d'un autre temps. Peter Drucker , considéré comme le pape du management a dit très justement « Le plus grand danger, dans les moments de turbulence, ce n'est pas la turbulence, c'est d'agir avec la logique d'hier ». Or nous sommes précisément dans une période de turbulence qui exige une nouvelle logique et de l'anticipation. L'heure est à la mise en œuvre d'un projet ambitieux pour la France qui soit solide, clair et déterminé mais c'est aussi le temps du retour de l'intelligence du dialogue pour la mise en mouvement de toutes les forces vives de la nation . François Hollande démocrate progressiste convaincu qui place la cohésion nationale et la justice sociale au cœur de la fonction présidentielle est dans cette dimension stratégique et personnelle . Pour ces raisons il est aujourd’hui le meilleur candidat du rassemblement non seulement pour battre Sarkozy mais pour conduire la dynamique d'une France solidaire qui va de l'avant .

Les commentaires sont fermés.